Top clichés sur les vikings

Top clichés sur les vikings

Vous pouvez consulter la première partie de cet article ici : Top 4 des idées reçues sur les vikings



Les vikings sont des incultes : FAUX



Tout d’abord, il est important de signaler que les scandinaves (on parlera plus ici du peuple scandinave que des Vikings à proprement parler vu qu’ils sont du peuple scandinave) avaient leur propre alphabet : le futhark. A l’origine composé de 24 runes, il passera à 16 entre le IX ème et XII ème siècle. Hélas il ne reste que peu de traces des écrits, dû aux dégradations naturelles et à la fureur du clergé. Heureusement de nombreux poèmes écrits par les Skalds ont pu être conservés car ils ont été répétés dans certaines sagas vikings écrites au 12eme siècle. Vous connaissez au moins le sujet d’une de ces sagas : Ragnarsdrápa qui raconte les histoires du légendaire roi Ragnar Lodbrok.

Le seul poème ayant été retrouvé sur sa source d’origine est la pierre de Karlevi. Régis Boyer, grand spécialiste des Vikings dira à ce sujet : “La poésie skaldique est à ce jour la poésie la plus compliquée, la plus sophistiquée, la plus élaborée que jamais un Occidental ait inventée. Il y a des règles de versification , de vocabulaire, de syntaxe qui font que c’est pratiquement impossible de déchiffrer à la première lecture une strophe de huit lignes skaldiques ; il faut un très très long travail. Il suffirait de se pencher un peu sur cette poésie pour comprendre qu’il est d’une absurdité totale de traiter les vikings de barbares…”



Les Vikings se battaient torse nu : FAUX



En fonction de leur classe, les guerriers possédaient des tenues différentes, plus ils étaient riches, plus ils avaient de défense. Le guerrier d’élite porte en premier lieu un gambison, ensuite une côte de maille et enfin une armure lamellaire, ils sont aussi équipés d’une lance, une épée ou une hache ainsi que d’un bouclier. Au passage, une hache à une main se manipule avec un bouclier et non avec une autre hache. Pour les autres guerriers, on retire une ou plusieurs protections pour arriver au minima au gambison. Le mythe du combat torse nu viendrait des berserkir (pluriel de berserkr). Présents dans de nombreux récits, écrits après le 11eme siècle, les sources se révèlent peu fiables car écrits plusieurs siècles après et par des moines, on peut avoir de nombreuses raisons de douter des fondements de ces histoires.

BERSEKR est composé de deux mots : SERKR qui signifie la peau, la pelisse ou la chemise mais BER donne plusieurs résultats possibles : soit Bear (ours) soit Berr (à peine, peu ou pas du tout. Les spécialistes sont de ce fait partagés, ils ne savent pas si c’est un guerrier se battant torse nu ou si c’est un guerrier se battant avec une peau d’ours. Pour conclure, on citera Lily florence Lowell Geraty dans “Berserk for berserkir” paru en 2015 : “Vous avez tous raison. L’interprétation de l’ours (bête féroce, indomptable et inhumaine) et celle de la nudité (donc le manque de protection classique) sont toutes deux des éléments clefs pour comprendre ce qu’est un berserkr. Les Berserkir ne font pas que courir sans armure ni vêtement, et ils ne se contentent pas d’agir monstrueusement. Ils font les deux en même temps.



Ils appelaient leurs navires drakkars : FAUX



Le terme de “Drakkar” n’est apparu qu’en 1840 par Augustin Jal , dérivé du terme drakar (pluriel de dragon en suédois). En fait nous pouvons compter deux catégories de navires :

1. Langskip (bateau long) / Herskip (bateau de guerre)

 - le skeid (vieux norrois skeið) est un grand navire de guerre

 - le snekkja est un navire pouvant transporter les chevaux

2. Kaupskip (bateau marchand) /Byrðingr (navire de charge)

 - le Knarr (vieux norrois knörr), “bateau” puis navire de charge, aujourd’hui, en islandais, on utilise un terme dérivé (knör) pour le terme de bateau



Les Vikings sont tous blonds : FAUX



La réponse est relativement récente, en effet, le 16 septembre 2020 un article est paru à ce sujet dans la revue Nature “Population genomics of the viking world”. C’est une étude de grande ampleur sur la diversité génétique des Vikings qui confirmera que les groupes étaient diversifiés. L’étude porte sur 442 individus datés d’entre 2400 av JC et 1600 ap JC enterrés là où les vikings ont vécus (en Groenland par exemple) sur plus de 80 sites archéologiques différents.

« Il est assez clair d'après l'analyse génétique que les Vikings ne sont pas un groupe homogène de personnes. Beaucoup ont des ancêtres originaires du sud de l'Europe et de la Scandinavie, par exemple, ou même un mélange d'ascendance sami (natifs scandinaves) et européenne. » déclare le généticien évolutionniste Eske Willerslev, professeur d'écologie et d'évolution à l'Université de Copenhague et directeur du centre de recherche génétique qui a dirigé le sujet. Néanmoins une bonne partie de la population scandinave était blonde.

All comments

Leave a Reply

Product added to compare.